Ngaora Shae

Ngaora Shae
Ngaora Shae
Ngaora Shae

Jordo

Ngaora Shae

Sherab

Ngaora Shae

Yang Tso

Ngaora Shae
Ngaora Shae
Ngaora Shae

Des yaks autour de la tente

Ngaora Shae
Ngaora Shae

Autour du feu dans l'abri en dur

Ngaora Shae

Traite de yak

Ngaora Shae
Ngaora Shae
Ngaora Shae

Nouvelle étape à 4150 m

Nous sommes installés, sur un plateau aménagé avec une douzaine de cabanes en bois.

Plusieurs sont occupées par des familles, certaines ayant des enfants. Nous avons été l’attraction des enfants que nous avons eu plaisir à photographier. Les tentes sont maintenant montées. Certains ont pris la direction de la rivière pour se laver. La cabane principale est équipée avec un feu sans conduit de fumée. Celle-ci s’échappe par une ouverture dans le toit. Des yaks se promènent autour des maisons. Nos cinq chevaux sont maintenant attachés et broutent l’herbe de la prairie.

Dimanche

Je pense que nous sommes dimanche…

Je suis assis dans la tente ouverte, au milieu de yaks qui s’approchent à nous toucher. Quelques familles vivent ici à 4300 m. Je vois des fumées s’échapper des maisons en bois de l’autre coté de la prairie. En revenant de la rivière, j’ai vu notre voisine faire la traite des yaks.

Aujourd’hui, une belle montée en perspective. Les étapes suivantes ont été recadencées pour tenir compte de notre jour d’avance et pour raccourcir les grandes étapes à venir. Toute la nuit, les clochettes des chevaux ont tinté. Parfois le bruit des yaks accompagnait cette musique.

Hier après diner, nous avons chanté. Chaque pays à son tour, une fois le Tibet, une fois la France. A ce jeu, c’est le Tibet qui a gagné, bien que nous n’ayons pas été ridicules en retrouvant tous nos vieux tubes.



Ngaora Shae

Votre commentaire sur 'Ngaora Shae'