Hula

Hula
Hula
Hula
Hula
Hula

Hula, le premier col à 4700 m

Hula
Hula
Hula
Hula
Hula
Hula
Hula
Hula
Hula
Hula
Hula

De jeunes paysannes font une pause

Hula
Hula
Hula

Lessive au ruisseau

Hula

Quand je regarde le paysage, je me demande si je ne suis pas arrivé au paradis. Tout est tellement joli ici, le petit torrent, le jeu des nuages qui entourent le relief, la promesse d’une journée de marche dans les sommets du plateau tibétain.

Que demander de plus au paradis céleste. Je suis bien ici, je n’ai plus envie d’aller vers un paradis où je ne pourrais plus respirer l’air de la montagne comme ici et profiter du sourire et de la bonne humeur des tibétains.

 

La marche a commencé par une montée assez raide jusqu’à une sorte de chorten (petite construction pyramidale) rustique où notre guide local a jeté en l’air des lungtas, ces petits papiers de sutras (prières bouddhistes) aux multiples couleurs pour demander la bienveillance pour la suite de la marche.

Après la photo du groupe, nous avons repris la marche sur un plan horizontal jusqu’à la pause déjeuner. Nous avons mangé une galette avec de la confiture et un œuf dur.

Puis nous avons entrepris la descente. Notre guide local, qui est aussi nomade et possède un cheval, a été malade, le mal des montagnes peut-être ??? Ce qui était assez surprenant. Celui qui vit ici toute l’année avait finalement plus de difficultés que tous les autres.

La descente assez raide était fatigante pour les rouages de mes jambes. Cette fatigue, additionnée au manque de sommeil, fait que je suis actuellement sans force, si ce n’est de bailler et d’écrire.



Hula

Ceci n’est qu’une représentation farfelue de la vie du trek. La représentation assise du guide symbolise la facilité avec laquelle les tibétains montent les pentes à ces altitudes. Dans la réalité, notre guide n’a jamais précédé le groupe monté sur un cheval. Par ailleurs, les hommes sont représentés en fin de peloton. En fait, ils étaient toujours attentifs au paysage et se plaisaient à l’enregistrer dans leurs appareils-photos, ils prenaient ainsi du retard qui aurait pu faire croire à des difficultés pour se maintenir dans le groupe !


Votre commentaire sur 'Hula'